Miel de Corse AOP de la famille Valentini

Cette publication vous plaît?
content: 

C'est une terre de soleil élue par les dieux... A mi-chemin entre le piémont et la Méditerranée existe un nectar exquis et doré, héritage des temps passés. Monte, comme son nom l'indique, est un petit village perché, à quelques kilomètres de Bastia. Surplombant une vallée encaissée au cœur du maquis corse, les ruches d'Alain Valentini ont vue sur la mer et l'île d'Elbe les jours de beaux temps. Un site exceptionnel pour un miel d'exception. Et ce matin justement, à l'heure où les cigales dorment encore, un soleil orangé pointe à l'horizon offrant un spectacle majestueux.


La chaleur est encore douce quand Alain Valentini vient réveiller ses abeilles avec beaucoup de précaution car curieusement il est allergique aux précieuses hyménoptères. Muni d'une combinaison qui lui donne des airs de cosmonaute, d'un soufflet vieux de trente ans, et d'une balayette en bois, l'apiculteur « fait tout à la main ». L'enfant du pays aux yeux clairs comme le ciel et à l'accent chantant ne cache pas sa fierté. Le miel, il « baigne dedans depuis toujours » avec son frère jumeau Fabrice car leurs parents « étaient eux aussi apiculteurs ». Avec beaucoup de minutie, le quadragénaire reproduit machinalement les gestes de son père aidé par son frère, « toujours prêt à donner un coup de main », aime-t-il à souligner. Le métier, il l'a appris « en observant ses parents ». Pourtant l'autodidacte n'a pas choisi cette voie. Agrégé de sciences, il travaille pour une boutique Ferrari, mais en 2009 à la mort de son père, il décide de reprendre l'exploitation familiale. Pour Alain « impossible de laisser disparaître ce patrimoine », ce que son père « a construit de ses mains ». L'apiculture chez les Valentini est donc une histoire de passion et d'héritage.


En effet, ses abeilles « butinent toute la journée dans ce maquis corse jusqu'à cinq kilomètres de leurs ruches », et on y trouve de tout : « clémentiniers, châtaigniers, thym, bruyère blanche, genet, romarin ».

Ce territoire qui l'a vu naître il y tient plus que tout. « Jamais je n'aurais pu m'installer ailleurs que sur la terre de mes ancêtres », et on comprend vite pourquoi. Lorsqu'on arrive sur l'un de ses quatre sites de production parmi une centaine de ruches, la première chose qui frappe c'est l'odeur. Un subtil mélange de menthe sauvage et de caramel embaume l'air de ce petit coin de paradis. Difficile de décrire la sensation provoquée par l'air ambiant car ici, « plus de 1700 espèces florales se côtoient faisant l'exception de ce territoire » et le goût si spécifique du miel d'Alain. En effet, ses abeilles « butinent toute la journée dans ce maquis corse jusqu'à cinq kilomètres de leurs ruches », et on y trouve de tout : « clémentiniers, châtaigniers, thym, bruyère blanche, genet, romarin » pour ne citer qu'eux. Des parfums embaumant que l'on retrouve en bouche au moment de la dégustation.


Ce qui fait l'excellence de ce miel c'est l'amour que porte Alain à son cheptel et à son environnement. Ici, avoue-t-il, « on débroussaille autour des ruchers uniquement à la main, rien n'est changé de place par peur de modifier les lieux. Chaque pierre, chaque branche ou fleur qui composent le maquis joue un rôle essentiel ». Le respect de la nature et de l'espèce sont sans conteste la recette de la réussite. C'est pour ça qu'Alain utilise l'enfumage, « une technique douce pour calmer les abeilles à l'aide d'un soufflet rempli de luzerne naturelle », mais c'est aussi « l'intuition » et « l'habitude » qui guident les gestes de l'apiculteur.


Au lieu des douze jours de décantation ordinaire, l'apiculteur « laisse du temps au produit » qui décante parfois jusqu'à 24 mois car pour lui « le miel se bonifie et se purifie avec le temps ».

D'un simple coup d'œil il peut juger « de l'état d'une colonie sans avoir à retirer tous les cadres de la ruche ». Si le niveau d'humidité et la maturation du miel conviennent, il le récupère à l'aide d'une « balayette » de bois directement dans la ruche : « tout est fait sur place, c'est du sur-mesure pour obtenir un produit d'exception ». Seule la maturation se fait à la miellerie et là encore Alain pousse la méthode artisanale à l'extrême. Au lieu des douze jours de décantation ordinaire, l'apiculteur « laisse du temps au produit » qui décante parfois jusqu'à 24 mois car pour lui « le miel se bonifie et se purifie avec le temps ». Grâce à sa démarche raisonnée l'apiculteur a su conquérir les palais de grands chefs dont Alain Ducasse qui aime accompagner canard et gibiers avec son miel de châtaignier. Garant du patrimoine familial et régional, Alain rêve désormais « de voir son fils reprendre l'exploitation ». Thomas n'a que huit ans, mais « il aime déjà le contact des abeilles et pose beaucoup de questions », assure son père. Lui aussi observe avec curiosité et attention les gestes précis de l'apiculteur comme Alain le faisait déjà il y a trente ans.


PROFIL SENSORIEL DU MIEL DE CORSE :
Miel soyeux avec une forte viscosité aux notes de caramel et de café torréfié. Au palet on retrouve des arômes de malte et de réglisse, de fumé, de bois et une note légèrement sucrée.

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout pour raconter l’histoire des produits à vos clients !

Accès réservé aux clients Transgourmet

Films, visuels, fiches produits; brochures, affiches : accédez aux documents TRANSGOURMET ORIGINE avec votre code d'accès.

Miel corse AOP miellat du maquis
Pot de 28 g
Colis de 108
Code : 300987

Miel corse AOP miellat du maquis
Pot de 400 g
Colis de 12
Code : 300998

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus  | Ok