Moules BIO d'Irlande de la famille Mulloy

Cette publication vous plaît?
content: 

Notre périple nous mène sur les ancestrales terres d’Irlande, dans le comté de Mayo, battu par les vents. Des milliers de kilomètres de murets de vieilles pierres quadrillent de grands carrés de prairies. Au loin, bordée de haies touffues, la légendaire montagne de Croagh Patrick. Ici, au sommet de cet immense pâturage glissant vers la mer, il y a plus 1500 ans Saint Patrick aurait jeûné et bâtit son église.


Il est 6h30 à la fraîche lorsque nous traversons çà et là de chaleureux villages de cottages. Les pubs eux, somnolent encore de la Guinness de la veille. Nous dépassons Westport, la petite ville portuaire pour rejoindre Clew Bay et ses immenses chapelets d’ilots. Plus de trois centaines de petites îles, autant de monticules verts surgissant au beau milieu d’une mer d’huile. Ce sont des drumlins, des reliefs datant de l’ère glaciaire érodés par les violentes vagues d’hiver.


Tous les matins de l’année Michaël parcourt seul l’étendue de la baie pour contrôler que ses moules ne souffrent d’aucun embarras.

Michaël Mulloy nous attend dans sa barque de pêcheur près de l’unique ponton. Le soleil fend tout juste l’épaisse couche de cumulus. Nous montons à bord. Avec la vitesse, la bise cinglante fouette nos visages. A l’arrêt tout est si calme, le vrombissement du moteur retombe dans un silence assourdissant. Tous les matins de l’année Michaël parcourt seul l’étendue de la baie pour contrôler que ses moules ne souffrent d’aucun embarras. Pour cet enfant de marin, la solitude va de soi. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il aime sa région natale et ce métier. Aussi loin qu’il se souvienne, les dîners au calme sur le bateau de son grand-père sont ses meilleurs souvenirs. Navigateur de père en fils, la famille passait des mois en mer pour l’importation de bois et charbons de Scandinavie.


Pour nous donner à voir l’immensité de cet espace préservé, Michaël accoste sur l’une de ces îles. A mesure que nous gravissons sa douce colline, nos pieds s’enfoncent dans la tourbière. Des démarcations de verdure plus foncées s’alignent verticalement par endroit, vestige d’un temps où les mille cinq cent habitants des îles cultivaient la pomme de terre. La moule n’est pas une production locale traditionnelle. A l’époque de la grande famine de 1840, on mangeait ces coquillages bouillis car ils servaient de « famine food» comme les appellent encore les anciens aujourd’hui. A présent, seuls six habitants y vivent encore, les bateaux se font rares dans la baie.


Il reste convaincu qu’il doit être possible de produire de manière naturelle et en abondance dans des eaux si pures.

Dans les années 70, le gouvernement cherche à réduire le chômage en masse de la région. Il démarre un programme d’expérimentation mytilicole. Les exploitants se lancent en s’inspirant du mode de production de l’Espagne, de l’élevage sur corde en pleine mer où la grande profondeur exclus tout autre mode d’élevage. Des années durant, Michaël cherche par tous les moyens à améliorer ce système encore très manuel qui ne lui permet pas d’en vivre. Il va dès lors parcourir le monde et observer toutes les installations sur corde existantes. Dix ans passent sans qu’il ne baisse jamais les bras. Il reste convaincu qu’il doit être possible de produire de manière naturelle et en abondance dans des eaux si pures. Le miracle se trouve en Nouvelle Zélande en 1993. Michaël y fait dès lors développer un modèle adapté et sur-mesure pour sa production. Les moules sont triées et collectées sur son bateau, seuls deux hommes suffisent.


A son retour, il contacte son distributeur local Andy Mulloy pour l’aider à préparer le marché aux moules irlandaises. Bien qu’ils partagent leur patronyme, les deux hommes ne sont pas parents. Andy est le descendant d’une lignée centenaire d’exportateurs de fruits de mer issus des petits producteurs de la région et du Connemara. Ensemble avec tous les exploitants, ils vont travailler à développer le meilleur produit coquillage.


« Un trop grand nombre de moules sur une corde est source de stress pour les coquillages qui craignent de ne pas avoir suffisamment de nourriture. Nous devons nous assurer de leur bien être tout au long de la production ».

Aujourd’hui Michaël a cinq employés dont son fils. Les six en binôme alternent quatre jours par semaine afin de travailler dans de bonnes conditions et d’apprécier leurs jours de solitude en mer. A tour de rôle, ils déposent des naissains de moules sur les 76 lignes de corde. A chaque fois, au bout de six mois les larves trop nombreuses au centimètre carré sont dispersées et déposées dans des chaussettes de coton bio, tissées par Michaël afin qu’elles s’accrochent à de nouvelles cordes. Elles vont dès lors s’y fixer naturellement et le tissu se désagréger au fil des six premières semaines. Au terme de dix mois le process de dispatch est répété. « Un trop grand nombre de moules sur une corde est source de stress pour les coquillages qui craignent de ne pas avoir suffisamment de nourriture. Nous devons nous assurer de leur bien être tout au long de la production ».


Aujourd’hui encore, malgré les trente années de mytiliculture, Michaël s’étonne chaque matin de « la générosité de la nature ». La production biologique des moules a permis de créer un nouvel écosystème avec ses oiseaux, ses poissons. Très attaché à la préservation de son environnement, Michaël a même développé son propre commerce de chaussettes de coton biologiques. Vendues à travers le monde pour d’autres exploitations sur corde, elles permettent de remplacer le plastique. Une vision qu’il partage avec son fils Louis, jeune ingénieur de 25 ans qui attend de pied ferme de pouvoir prendre la relève et faire grandir la ferme. En attendant, Michaël s’estime fier de faire marcher l’économie locale sans renoncer au respect de « sa » nature.


DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout pour raconter l’histoire des produits à vos clients !

Accès réservé aux clients Transgourmet

Films, visuels, fiches produits; brochures, affiches : accédez aux documents TRANSGOURMET ORIGINE avec votre code d'accès.

Moules entières cuites surgelées bio
Mytilu edulis
Calibre 80/100
Cuites sous vide
Sachet sous vide de 1 kg
Code : 300909
Colis de 5
Elevées en Irlande

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus  | Ok